LE SYSTEME ELECTRIQUE DE LA BIOLOGIE DU CORPS HUMAIN

LE SYSTEME ELECTRIQUE DE LA BIOLOGIE DU CORPS HUMAIN

LE SYSTEME ELECTRIQUE DE LA BIOLOGIE DU CORPS HUMAIN 

Octobre 1997 - The International Flower Essence Conference à Findhorn – Ecosse

Traduction François Deporte


Machaelle Small Wright fait deux conférences importantes devant tous les participants venus du monde entier. Elle y parle de son jardin qu'elle désigne sous le nom de Perelandra - Centre de Recherche sur la Nature – et du système électrique du corps humain.

Elle travaille avec les Intelligences de la Nature depuis 1976 et tout au long de sa conférence, elle dit parler avec la Nature.


Machaelle dit qu'elle a demandé à la Nature ce qu'elle entend par "Jardin". La réponse a de quoi surprendre. En voici les termes : « Là où il y a forme, la nature est là. Quand il y a interaction entre la nature et les humains, se crée un jardin. Quand il y a un jardin, apparaît automatiquement un partenariat cocréatif." Et puis " Pour la Nature, ce n'est pas le fait de cultiver un bout de terre qui crée le jardin. La Nature considère que, pour qu'un jardin existe, il faut que l'humain définisse, initie et interagisse avec la forme pour créer un environnement particulier. La Nature utilise le mot "jardin" pour tout environnement répondant à ces critères. Ce n'est pas restreint à un coin de terre cultivé ».


La Nature se décrit elle-même comme "l'ordre, l'organisation et l'énergie vitale de toute forme". Machaelle nous affirme que la Nature est tout à fait capable de définir tout ce qui est nécessaire au rétablissement de l'équilibre, pour quoi que ce soit.


Ensuite, elle explique que le corps humain contient et baigne dans un réseau électrique. Selon elle « quand nous faisons l'expérience de la santé, le réseau électrique est en équilibre et pleinement connecté. Si quelque chose dans notre vie ou notre environnement menace cet équilibre, le circuit équilibre répond soit en créant un court-circuit soit une surcharge. Le déséquilibre dans le système électrique impacte immédiatement le système nerveux central. Le corps se met alors en sur-régime pour essayer de corriger le déséquilibre. S'il échoue, nous manifestons physiquement le déséquilibre. On attrape froid, un mal de tête ou on retrouve une crise d'allergie ou encore la migraine nous tenaille. Ou on a mal au dos, on se bloque le cou. Ou on tombe vraiment malade. »


« Les Essences florales interviennent directement à la fois sur le circuit électrique et sur le système nerveux central. En prenant les essences adaptées, on équilibre immédiatement le système électrique, on stabilise le système nerveux central et on stoppe l'effet domino qui nous conduit à la maladie. »


« Le système électrique fait partie de tout niveau, cellule, système ou organe du corps humain. Absolument tout. On arrive sur Terre avec, et on meurt avec ». Petit à petit, certaines personnes se sont ouvertes à ces notions et certains scientifiques médicaux ont commencé à s'y intéresser et à travailler sur ce sujet. L'un d'eux s'appelait Bjorn Nördenström. Pendant près de 40 ans, il a travaillé au Karolinska Institue en Suède où il dirigeait le service de radiologie (Le Pr Nördenström est mort le 31 décembre 2006). Dans les années 50, il remarqua que pour toutes ses observations radiologiques aux rayons X, il y avait comme un flou autour de la chose observée. Il consacra les 35 années suivantes à cette recherche et il découvrit l'existence d'un circuit électrique biologique dans le corps qui provoquait ce flou. Sa recherche l'amena à en faire l'expérience sur le cancer. Il découvrit que le système électrique est aparié avec le système circulatoire. Il décida de travailler avec des personnes touchées par un cancer diagnostiqué incurable afiin de voir s'il y avait ou non corrélation entre santé et système électrique. Il suspectait une très forte relation entre les deux. Il choisit des femmes ayant un cancer au sein car les tumeurs y sont facilement accessibles. Ces femmes étaient passées par tout l'arsenal des thérapies, conventionnelles ou non, et déclarées incurables. Elles n'avaient rien à perdre. Bjorn avait l'intuition que quand il y a tumeur, le circuit électrique est déconnecté autour d'elle, qu'il a été rompu. Il voulut essayer de reconnecter artificiellement ce circuit. Il a utilisé des sondes, une positive et une négative, de chaque côté de la tumeur et il les a reliées par un petit circuit. Ses patientes étaient toutes réputées incurables. Il a eu 70% de réussite. Quand on reconnecte le système électrique, le mécanisme complet de défense dans le corps est mis en action et les globules blancs, tout comme des aimants, sont propulsés dans la zone et s'occupent essentiellement de la tumeur. Le système électrique, et non le système circulatoire, est l'aimant pour les globules blancs. Il a découvert aussi que, si une personne doit suivre une chimiothérapie, le fait de reconnecter ce système électrique permet de réduire de façon significative la durée de ce traitement. Le traitement n'avait pas besoin d'être aussi intense avec un système électrique reconnecté. En conséquence, les réactions des patients étaient minorées. Les effets secondaires de la chimiothérapie étaient très atténués.


Cet homme était très respecté par ses collègues de travail. Il fit partie du comité Nobel pour décerner le prix en médecine. Il a écrit un livre « Biological Closed Electrical Circuits » que personne ou presque ne lut parce qu'il ne publiait pas dans un journal médical et que le livre était très épais. Bjorn Nördenstrôm comprit que si on s'intéressait vraiment au système électrique, la médecine s'en retrouverait complètement transformée. Personne n'avait envie de ça, il y a eu trop investissement dans la médecine telle qu'elle est. Donc il a écrit un livre, La Harvard University Medical School a mandaté un de ses professeurs de talent pour étudier ce texte pendant deux ans afin d'en révéler les erreurs. Ce qu'il fit et aucune erreur ne put être mise à jour. Et pourtant, le livre ne connut aucune diffusion. Nordenström sentait que si l'on pouvait comprendre le rôle du système électrique dans la santé humaine, on pourrait transformer notre réflexion sur notre approche de la médecine, de la santé et de la guérison. Mais il ne put obtenir de financement pour poursuivre son travail. Il avait besoin de fonds pour investir dans des équipements qu'il ne put jamais recevoir. La Chine fit savoir qu'il y avait sur son territoire 20 millions de personnes diagnostiquées incurables pour le cancer. Les Chinois invitèrent Nordenström à venir travailler chez eux, invoquant le fait qu'ils comprenaient cette notion de système électrique. Il a accepté cette invitation. (Pour plus d'infos sur la vie de Bjorn Nordenström, je vous invite à regarder dans internet les articles, et videos, qui lui sont consacrés – ndt).


« Les essences florales travaillent avec le système électrique. Premier point : selon la nature, le principe de guérison horizontale (qui se ressemble s'assemble) est la base de la réussite dans la guérison. Les essences sont des schémas électriques qui ont été transférés vers l'eau. Nous utilisons l'eau car c'est un transporteur électrique exceptionnel. Le schéma électrique est véhiculé par l'eau pour aller équilibrer, stabiliser et réparer le système électrique. Il y a là une parfaite compatibilité horizontale dans le fait qu'un schéma électrique va soigner un système électrique. »


Pour le Professeur Nordenström, l'un des obstacles à la reconnaissance de son travail tient dans l'hyper spécialisation des champs de recherche en médecine. Pour lui, seule une perception globale permet de percevoir le mécanisme de ce système électrique. Son livre avait pour objet de présenter ces circuits électriques clos dans notre biologie et d'en étudier le rôle dans les situations de pathologie. Son souhait était que d'autres chercheurs s'intéressent à cette recherche et la poursuive. Ce qui demanderait des passerelles interdisciplinaires pour rendre possible une juste compréhension de ce phénomène.
Les autres points développés par Machaelle Wright ont porté sur la capacité que nous avons de pouvoir utiliser les essences, quelles qu'en soient l'origine, en association les unes avec les autres, qu'il n'est pas étonnant que par moment nous puissions être amenés à en utiliser un grand nombre et enfin que le test (kinésiologique pour elle) est un outil important.


Article paru dans Living Lightly, revue publiée en 1998 

Posted on 12/05/2020 Essences Perelandra 329